This site uses cookies to help us manage and improve the website and to analyse how visitors use our site. By continuing to use the website, you are agreeing to our use of cookies. For further information about cookies, including about how to change your browser settings to no longer accept cookies, please view our Cookie Policy. CIick for more info.

Wealth Management: Commentaire Mensuel

Mars 2021

Victor Balfour et Charlie Hines, Wealth Management

Résumé : Nouvelle hausse des rendements ; croissance synchronisée

Les actions mondiales ont progressé en mars, terminant le mois en hausse de +2,7 % (en USD), tandis que les obligations d'État ont baissé de -0,2 % (en USD). Les principaux événements sont les suivants :

  • Les actions ne sont pas perturbées par la poursuite de la hausse des rendements obligataires ;
  • Le plan d'aide américain est approuvé ; à suivre, le plan d'infrastructure de 2 trillions de dollars de Biden ;
  • Les banques centrales font preuve de retenue ; les données prospectives restent résolument positives.

La forte reprise économique a continué à animer les marchés en mars, malgré une remontée des contaminations. La courbe des taux américains s'est encore pentifiée, le rendement des obligations à long terme ayant augmenté ; l'obligation de référence à 10 ans a dépassé 1,7 %, sous l'effet de la hausse des prévisions d'inflation et des rendements réels. Les marchés boursiers ont jusqu'à présent réagi positivement, malgré l'effondrement d'Archegos et le dénouement consécutif de ses positions, les actions mondiales atteignant de nouveaux sommets. L'or et le pétrole ont baissé (or -1,5 % et Brent -3,9 %).

ÉTATS-UNIS : Des données solides, des mesures de relance importantes et une Fed conciliante

Malgré la vague de froid de février, l'économie américaine a conservé son élan. Les données sur la masse salariale indiquent une hausse des créations d'emplois et une baisse du chômage en février, tandis que l'enquête ISM sur l'industrie manufacturière - un indicateur de la santé économique - s'est encore renforcée en mars. Le déploiement accéléré des vaccins s'est poursuivi, 90 % des adultes devant se voir proposer une vaccination d'ici la fin avril. Entre-temps, la Fed a révisé les prévisions de croissance américaine pour 2021 à 6,5 % (contre 4,2 % en décembre). Le FOMC reste fermement conciliant : les taux d'intérêt restent inchangés et Powell a réaffirmé qu'une hausse temporaire de l'inflation n'entraînerait pas de changement de politique. Sur le plan budgétaire, le plan d'aide de 1,9 trillion de dollars de Biden (environ 10 % du PIB) a été adopté par le Sénat dans le cadre d'un plan de réconciliation budgétaire plus large. Dans l'avenir, M. Biden devrait dévoiler un programme d'infrastructure de 2 trillions de dollars. En géopolitique, M. Biden a fait part de son intention de sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

Europe : Données surprises, rendements sous contrôle de la BCE, signaux verts

Une enquête IFO saisissante - la plus élevée depuis juin 2019 - fait suite à des enquêtes de conjoncture optimistes, la zone euro enregistrant une hausse potentielle de l'activité industrielle. Le déploiement des vaccins en Europe reste léthargique, jusqu'à présent ; des signes de nationalisme vaccinal sont apparus lorsque l'UE a menacé de restreindre les exportations. La BCE a signalé son engagement en faveur d'un contrôle souple de la courbe des taux - elle a l'intention d'augmenter l'achat d'obligations dans le cadre du programme PEPP au cours du trimestre, afin d'encadrer les rendements. Au Royaume-Uni, le PIB a baissé moins que prévu au quatrième trimestre de l'année dernière, malgré des données commerciales plus faibles. Contrairement à ses voisins européens, le Royaume-Uni a établi une feuille de route pour la réouverture de son économie après le succès de sa campagne de vaccination. Le soutien fiscal a été prolongé, mais le Chancelier britannique prévoit de rétablir à terme l'équilibre budgétaire : l'impôt sur les sociétés va augmenter, de même que des impôts "furtifs" sur les particuliers.

RdM : Distorsions saisonnières ; Japon conciliant ; problèmes de gouvernance en Turquie et au Brésil

Bien qu'encourageantes, les distorsions dues aux vacances et les effets de base de l'année dernière peuvent exagérer la force des données économiques de la Chine : les ventes au détail et la production industrielle ont bondi de plus de 30 % (en glissement annuel) et ont dépassé les attentes. Les données mitigées du commerce asiatique font écho au ralentissement saisonnier habituel de la Chine, ses voisins - la Corée, Taïwan et le Japon - faisant état de volumes d'exportation faibles en février. Dans le même temps, la première discussion de haut niveau entre l'administration Biden et les diplomates chinois s'est terminée en des termes peu amicaux, la porte des négociations restant entrouverte. La Banque du Japon, qui a adopté une attitude conciliante, a élargi la bande de contrôle de la courbe des taux. En Turquie, Erdogan a limogé son troisième gouverneur de banque centrale en deux ans - la Lire s'est dépréciée de 15 % par rapport au dollar. Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a limogé plusieurs membres de son cabinet.

Synthèse des marchés (perf. totale en devise locale)

Source: Bloomberg, Rothschild & Co, valeurs au 31 mars 2021

Obligations Rendt 1 m % 1 an %
US 10 ans 1.74% -2.4% -5.9%
UK 10 ans 0.85% -0.1% -3.4%
Suisse 10 ans -0.28% 0.5% -0.2%
Allemagne 10 ans -0.29% 0.4% -1.2%
IG monde (couv. $) 1.74% -1.0% 9.2%
HY monde (couv. $) 4.64% -0.3% 23.4%
Indices boursiers Niveau 1 m % 1 an %
MSCI World ($) 343 2.7% 54.6%
S&P 500 3,973 4.4% 56.3%
MSCI UK 11,347 4.1% 20.0%
SMI 11,047 6.4% 22.6%
Eurostoxx 50 3,919 7.9% 44.4%
DAX 15,008 8.9% 51.1%
CAC 6,067 6.5% 41.0%
Hang Seng 28,378 -1.8% 24.3%
MSCI EM ($) 638 -1.5% 58.4%
Devises (taux nominal pondéré par les échanges)
Dollar américain 1.1% -6.6%
Euro -1.7% -1.0%
Yen -3.0% -10.6%
Livre Sterling 1.1% 4.2%
Franc Suisse -1.7% -5.0%
Yuan chinois 0.9% 4.1%
Autres Niveau 1 m % 1 an %
Or ($/once) 1,708 -1.5% 8.3%
Brent ($/b) 64 -3.9% 179.4%
Cuivre ($/lbs) 8,788 -3.8% 77.9%

Carte thermique du PMI : industrie et services

Source: Bloomberg, Rothschild & Co, valeurs au 26 février 2021