Commentaire mensuel des marchés: Février 2022

Investment Insights Team, Investment Strategist Team, Wealth Management

Résumé : pertes généralisées à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

En février, l'escalade de la crise ukrainienne a durement touché les marchés financiers. Les actions mondiales ont chuté de 2,6 % (en USD), tandis que les obligations mondiales de première qualité ont perdu 2,1 % (en USD). Les principaux thèmes abordés sont les suivants :

  • L'invasion de l'Ukraine par la Russie a augmenté le risque d'un conflit plus large ;
  • La hausse des prix des matières premières et les sanctions occidentalesrestreignent les perspectives économiques ;
  • Les banques centrales pourraient reconsidérer le resserrement de leur politique àmesure que les perspectives de croissance s'affaiblissent.

L'attaque contre l'Ukraine et le risque d'une nouvelle escalade entre le monde occidental et la Russie ont ébranlé le sentiment des investisseurs. Si l'UE et les États-Unis ont évité une intervention militaire directe et ont continué à acheter du pétrole russe, ils ont imposé des sanctions de grande envergure contre la Russie qui perturberont également les économies occidentales. Les marchés boursiers mondiaux ont chuté pour le deuxième mois consécutif en février, même si une modeste reprise a eu lieu à la fin du mois. Les actions des sociétés fortement exposées à l'Europe de l'Est ont sous-performé, tandis que les entreprises des secteurs pétrolier, minier et de l'armement figuraient parmi les gagnants. Les prix de l'énergie ont grimpé en flèche : le pétrole Brent a atteint 100 USD le baril, son plus haut niveau depuis huit ans, ce qui a aggravé l'inflation actuelle et affecté le pouvoir d'achat et la confiance des consommateurs. Les valeurs refuges tels que les obligations d'État et les métaux précieux ont été recherchées, l'or dépassant les 1900 USD l'once. Parmi les devises, le franc suisse a surperformé en tant que monnaie refuge.

États-Unis : L'économie se porte bien ; la Fed devrait encore relever ses taux


Les ventes au détail (+3,8 % sur un an), la production industrielle (+1,4 % sur un an), les commandes de biens durables (+1,6 % sur un an) et les ventes de logements anciens (6,5 millions) ont toutes été fortes en janvier, tandis que le marché du travail est resté tendu et que l'inflation a grimpé à 7,5 % sur un an. Les minutes du FOMC ont confirmé la volonté de la Fed de relever les taux d'intérêt, bien qu'à la fin du mois la crise ukrainienne ait remplacé les taux d'intérêt comme principale préoccupation des investisseurs. Jusqu'à présent, les données pour février montrent que la dynamique se poursuit - par exemple, l'indice PMI manufacturier ISM qui a grimpé à 58,6 (contre 57,6) ou l'évolution de l'emploi ADP avec 475 000 embauches. Sur le plan politique, M. Biden a fait pression sur la Russie en aggravant les sanctions européennes et en envoyant un soutien financier à l'Ukraine et des troupes dans les États de l'Est de l'OTAN.

Europe : La croissance s'accélère, mais est menacée par l'attaque de la Russie


Avant l'attaque de la Russie, l'économie européenne se remettait de la vague "omicron" et accélérait. Les données de l'indice PMI composite Markit se sont nettement améliorées en février pour atteindre 55,8 (contre 52,3), grâce à la reprise du secteur des services (55,8 contre 51,1). L'attaque contre l'Ukraine menace clairement cet élan, avec la flambée des prix de l'énergie et l'exposition de l'Europe à la région. Les sanctions vont frapper les entreprises, et le pouvoir d'achat et la confiance des ménages vont en souffrir. En février déjà, l'estimation du taux d'inflation annuel de la zone euro a atteint un nouveau sommet de 5,8 % en glissement annuel. Les marchés monétaires ont toutefois reconnu que si la croissance s'affaiblissait, la BCE pourrait être moins disposée à relever ses taux d'intérêt.

Reste du monde : Nouvelles mitigées en provenance de Chine ; les marchés russes deviennent non fréquentables.


Le PMI manufacturier général de Caixin China a augmenté à 50,4 en février (contre 49,1), tandis que le régulateur chinois du cyberespace prévoit de nouvelles règles pour les services Internet. Le marché boursier russe et le rouble se sont effondrés en raison des sanctions et de l'isolement international du pays. Le PIB de la Turquie a augmenté de 9,1 % au quatrième trimestre 2021, mais l'inflation approche désormais les 50 % en glissement annuel.

Synthèse des marchés (au 28/02/2022 en monnaie locale)

Obligations Rendement 1 m % 1 an %
US 10 ans 1.83% -0.3% -2.7%
UK 10 ans 1.41% -0.5% -3.1%
Suisse 10 ans 0.26% -1.2% -2.8%
Allemagne 10 ans 0.13% -1.2% -2.5%
IG monde (couv. $) 2.64% -2.1% -4.7%
HY monde (couv $) 6.26% -2.4% -2.6%

 

Indices boursiers Niveau 1 m % 1 an %
MSCI World($) 360 -2.6% -7.4%
S&P 500 4,374 -3.0% -8.0%
MSCI UK 13,239 0.8% 2.7%
SMI 11,987 -2.0% -6.9%
Eurostoxx 50 3,924 -5.9% -8.5%
DAX 14,461 -6.5% -9.0%
CAC 6,659 -4.9% -6.8%
Hang Seng 22,713 -4.6% -2.9%
MSCI EM ($) 579 -3.0% -4.8%

 

Devises (taux nominal pondéré par les échanges) 1 m % 1 an %
Dollar américain -0.2%  0.6%
Euro  0.2% -0.6%
Yen -0.3% -0.4%
Livre sterling -1.1% -0.5%
Franc suisse  0.9% -0.8%
Yuan chinois  0.3% 0.4%
Autres Niveau 1 m % 1 an %
Or ($/once) 1,909 6.2% 4.4%
Brent ($/b) 100.99 10.7% 29.8%
Cuivre ($/t) 9,919 3.6% 1.8%

Source: Bloomberg, Rothschild & Co, 31/12/2014 – 28/02/2022

Source: Bloomberg, Rothschild & Co, 31/12/2014 – 28/02/2022

Fichiers

Télécharger le Commentaire mensuel des marchés (PDF 197 KB)

Read more articles